C'est quoi ce bazar ?

02 septembre 2015

Le Petit Prince {Séance de Rattrapage}

113576

118420

Comme elle était attendue cette rencontre entre l'univers de l'animation et celui de Saint Exupéry ! Pari audacieux, car la déception peut être immense. Le Petit prince est tant ancré dans notre mémoire collective qu'il méritait un traitement délicat pour son passage sur grand écran. Heureusement, plus qu'une adaptation, il s'agit d'un hommage à l'univers de Saint Exupéry, en confrontant sa poésie à la réalité (légèrement exacerbée) d'un monde réel à la Orwell, carré, triste, gris, à la recherche permanente d'une efficacité optimale. La singularité du film est de mélanger deux types d'animation : l'animation papier est sublime et correspond tout à fait à l'univers du livre, si fondamentale que l'on se suprend à connaître les lignes par coeur, peut-être même avec les intonations de Gérard Philippe pour quelqu'un qui comme moi l'écoutait dans son enfance.

Les voix justement. Quel beau casting ! Je ne les ai pas tous reconnus, et pourtant : Guillaume Gallienne, Vincent Lindon, Vincent Cassel (aaah, le renard ), Marion Cotillard... J'ai trouvé infiniment poétique la première partie, lorsque l'aviateur apprivoise la petite fille et qu'il introduit de la fantaisie et de la couleur dans sa vie hyper policée par une mère qui croit assurer un avenir radieux à son enfant par la réussite. Le message passe avec de gros sabots certes, mais j'ai trouvé l'oeuvre d'une fantaisie salutaire sur le pouvoir de l'imagination et la part de l'enfance.

409966

Le problème n'est pas de grandir, c'est d'oublier.

 

Tu l'as vu ? Si ce n'est pas le cas, c'est le bon jour ! Le mercredi 2 septembre 2015, Paramount Pictures France organise une journée spéciale au profit de l’Association Petits Princes, avec le soutien de la Succession Saint-Exupéry. Dans tous les cinémas de France, sur chaque place achetée le mercredi 2 septembre, 1 euro sera reversé à l’Association Petits Princes qui aide les enfants et les adolescents malades à réaliser leurs rêves.

 

{Le Petit Prince, un film de Mark Osborne, toujours en salles}

 

Posté par anyuka à 13:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


01 septembre 2015

Là où tombe la pluie

DSC_2610 

Ruth et mark ont quitté Londres pour reconstruire leur vie dans la maison de leurs rêves, La Source. Alors qu'une sécheresse de fin du monde accable soudainement le monde, leur propriété est mystérieusement épargnée, devenant une oasis attirant jalousie, suspicion, curiosité et fanatisme.

Quel fantastique point de départ ! D'un drame écologique, Catherine Chanter nous propose plein de lectures possibles : est-ce un roman post-apocalyptique (et si demain il ne pleuvait plus ?), un drame familial (Ruth, Mark, et leur fille Angie ne savent que se déchirer), de la science-fiction, ou encore un thriller puisque dès le début de l'ouvrage on sait que Ruth, la douce Ruth, est assignée à résidence pour meurtre.

L'histoire est fascinante car son personnage principal est une femme plus qu'ordinaire attisant soudainement les sentiments les plus extrêmes, puisque même une secte, la Rose de Jericho, la revendique comme son élue. Alors que dans la propriété de Ruth et Mark, qui rêvaient d'en faire leur petit paradis, s'installent d'un côté Angie, leur fille, avec son petit garçon Lucien, et de l'autre Amelia et son groupe de fanatiques illuminés, les tensions montent à toute vitesse, tandis qu'eux s'accrochent obstinément à leur terre, à leurs rêves, jusqu'à la tragédie.

L'écriture est d'une grande finesse psychologique, la frontière avec la folie est proche. Seul regret : trop de longueurs dans la partie consacrée à la secte, qui m'ont poussée à parcourir certaines pages en diagonale. Mais il ne faut pas passer à côté de cette histoire qui ne ressemble à aucune autre ! 

DSC_2612

{Là où tombe la Pluie, Catherine CHANTER, Editions Les Escales}

 

logo2015

 

Posté par anyuka à 15:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

31 août 2015

Confession (il y a prescription)

20150831_140020

Je n'ai jamais aimé l'école,  je dois bien l'avouer, Alice & Zaza

Ma mère racontait partout que j'aimais ça, je n'ai jamais osé la détromper

J'étais trop timide j'avais tellement peur qu'on me regarde

20150831_140246

J'avais bien des camarades mais je me souviens parfaitement de gosses vraiment pas tendres entre eux

J'avais si peur de me faire remarquer que je préférais me faire pipi dessus en pleine classe que de lever la main pour demander à aller aux toilettes (vécu)

DSC_0321

Une fois j'ai fugué de la cour de récréation parce que j'avais trop peur de devoir dire que j'avais oublié mon sac de piscine (que je n'avais pas oublié du tout)

Alors évidemment quand mon Grand recommence à faire des angoisses nocturnes à quelques jours de la rentrée

Je me dis que les chats font pas des chiens (heu non, c'est pas ça) et je croise tout ce que je peux en équerre ou en compas pour qu'on arrive à gérer ensemble cette anxiété.

DSC_0328

 Allez les Loulous, Bonne Rentrée à tous et bon courage pour commencer cette nouvelle page ! 

DSC_0327

 

                              "Smoutch !" 

 

 

Non, mon chat ne louche pas, c'est de la pure diffamation :-p

Posté par anyuka à 18:39 - Commentaires [12] - Permalien [#]

30 août 2015

PréRentrer

Tout le monde (ou presque) est sur les starting-blocks, mais décidément je n'aime vraiment pas cette période pré-rentrée. Tant qu'à faire, autant qu'on soit vite "sur les rails"... et que tout se passe bien, évidemment ! D'ici là, petite récap pour le défi photo de Virginie :

IMG_20150826_155514 IMG_20150825_103914 IMG_20150827_125002 IMG_20150829_185713 IMG_20150828_192253 IMG_20150827_084414

# reprendre les escapades parisiennes
# faire de belles découvertes en marge de la rentrée littéraire
# partir en quête de petites fleurs (rien ne change !)
# respirer
# rêver de piquer une tête (ah oui mais non, c'est la Seine !)
# chercher de jolis cadres
#

 Bon Dimanche à tous ! 

Posté par anyuka à 14:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

27 août 2015

Si on Tenstickait nos murs ?

J'ai toujours craqué pour les stickers, à la façon d'une petite fille avec ses autocollants j'aimerai pouvoir en coller partout ! D'autant que s'il y a peu de temps encore, on ne trouvait que des petites fleurs à coller ou des motifs limités en couleurs et en choix, à présent le moins qu'on puisse dire c'est qu'il y a l'embarras du choix pour pouvoir mettre de la couleur et de la gaieté à pas cher. J'imagine, étudiante, comme je m'en serai donné à cœur joie pour embellir les murs tristounes de mon studio. Pas seulement les murs d'ailleurs, mais aussi le frigo, les portes, la douche, etc... 

Sur le site Tenstickers dont je voudrais te parler aujourd'hui, il y a un moteur de recherche simple et complet (avec plus de 5000 dessins, si tu ne trouves pas le motif qui correspond à tes envies...), tu peux sélectionner la taille, la couleur, et même en personnaliser. Je craque sur les Stickers Textes , et je pense que si Mon Grand tombe sur la série Star Wars alors qu'on cogite justement pour réorganiser sa chambre, on est bon pour un mix Space StarInvaders Wars ! Je garderai les petites fleurs pour moi, évidemment... 

sticker-luke-i-am-your-father-3050 sticker-i-love-you-to-the-moon-6635 sticker-phrase-put-flowers-life-5593

J'aime beaucoup celui-là aussi :

sticker-miroir-hello-beautiful-7387 (1) 

Mais pour tout te dire, à l'heure actuelle j'en cherche un pour Bertrand. "Bertrand, c'est qui celui-là ??". Bertrand c'est le hp portable dont je suis tombée amoureuse cet été et que je ne quitte quasiment plus - si tu trouves pourquoi je l'ai appelé Bertrand (indice dans la phrase précédente), je t'envoie un paquet de Haribo, juré-craché.

Sur le site j'ai donc sélectionné la surface "ordinateur", et là... comment faire pour choisir ??? 

 sticker-mac-apple-arbre-oiseaux-6318sticker-pc-portable-fleur-dessin-pop-2543sticker-pc-portable-texture-cirque-2542 autocollant-pc-portable-bulles-couleur-3693

Franchement, ça ne rend pas la vie plus sympa de bosser/bloguer avec un ordi customisé comme ça ?

Après un vote familial (parce que Bertrand, parfois, je veux bien le prêter), ce sera celui-là :

sticker-pc-portable-totoro-7186 

Ça t'étonne :-D ??

 

Article sponsorisé 

Posté par anyuka à 17:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :



26 août 2015

Les Infâmes, sombre roman

infames

"Je m'appelle Freedom". Freedom Oliver, alcoolique, suicidaire, travaille dans le bar à motards d'un patelin paumé de l'Oregon, sous protection du FBI depuis 18 ans. A distance, Freedom / Vanessa suit le parcours de ses enfants qui ont été adoptés. Lorsque sa fille Rebekah disparait, elle sort de sa réserve, faisant ressurgir les monstres infâmes du passé.

Bienvenue dans l'Amérique très, très profonde. Il s'agit du premier roman de Jax Miller, et quelle écriture ! Le tableau est immédiatement brossé dans les tons les plus sombres et la galerie de personnages qui défile devant nous est vraiment époustouflante.

Deux familles de fous dangereux s'y croisent, l'une de toxicos dégénérés, l'autre de fanatiques sectaires impliqués dans la disparition de jeunes filles. Et au beau milieu de ce tableau de cauchemar se débat ce fantastique personnage de mère courage, de guerrière, Freedom, prête au pire pour sauver ses enfants, menant une course haletante contre la montre pour les retrouver. Violent, réaliste, une lecture tendue qui dérange et coupe le souffle.

Rien ne vous vieillit plus vite que le chagrin.

 

{Les Infâmes, Jax MILLER, sortie en librairie le 2 septembre, Ombres Noires}

 

★ Merci à Babelio & aux Editions Ombres Noires 

 

logo2015 

Posté par anyuka à 09:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 août 2015

Comment font les Filles ?

Artistic-Black-And-White-Female-Portraits_10

2015 aura été l'année de la tentative extrême d'être féminine, et pour cause : j'aurai pu annuler mon mariage à force de m'entendre répéter que j'allais être beaucoup regardée et photographiée - oui c'est logique, mais non, je veux pas.

Des semaines auparavant, à la recherche de cette *** robe, me voilà pour la première fois de ma vie à feuilleter des pages mode et arpenter des magasins en me penchant sur des rayons où jamais, jamais je n'avais mis un bout d'orteil. Et de m'intéresser au maquillage, à chercher des coiffures sur pinterest, à solliciter l'avis de mes féminines de copines. Bref, j'étais à mon maximum de fillitude. J'entendais parler de termes très savants et totalement inconnus de ma personne :

tumblr_np5unorYh61tq4of6o1_400 brushing des sourcils (hein ?),

tumblr_inline_n40ke2uKFh1re2wl3 crème autobronzante (quoi ??),

tumblr_inline_n3frt1tBWQ1rssl5o coach relooking (plaît-il ???). 

J'ai fait des trucs insensés pour la première fois de ma vie - et la dernière : coiffeuse à domicile, manucure-pédicure.

tumblr_nqmdqzyyrp1tx5vduo2_250

Tout ça je l'ai fait évidemment pour surprendre et plaire à mon futur, qui depuis plus de 20 ans qu'il me cotoie ne me connait qu'en jean-tee shirt-baskets - cela dit, lui qui n'a aucun avis sur la mode, rêve de me voir virer ce vieux trench déchiqueté aux manches et qui a perdu tous ses boutons que moi j'adore parce qu'il me camoufle super bien.

Bref, pour ce jour-là j'ai essayé d'être princesse, enfin femme, enfin le minimum syndical féminin, t'as compris l'idée. Attends, j'ai même mis des boucles d'oreilles, alors hein, pouet pouet. 

En recevant les photos du mariage, je me suis pour ainsi dire découverte : j'ai pu voir des centaines de photos de moi, plus qu'en 42 ans d'existence probablement. J'ai vu une nana souriante, qui semblait beaucoup s'amuser (ce qui était le cas). Maintenant, je ne me suis pas forcément reconnue. Pour moi une robe ce n'est pas pratique pour marcher vite dans la rue, les talons ça te nique les pieds et ça s'enfonce dans la terre, le rimmel ça coule, le chignon ça se casse la gueule, les bijoux ça s'accroche, le rouge à lèvres je le bouffe... Le hic c'est que j'ai passé le cap des 40 ans, et qu'un mininum de tenue s'impose, me dit-on (autrement dit : t'as passé l'âge de grimper aux arbres ma cocotte). Voilà ce que je regrette le plus de ma jeunesse : même un air négligé, ça passe pour un look recherché et revendiqué.

Et si le fond du problème c'était surtout de considérer que s'occuper de moi, consacrer temps et argent à me pomponner était une perte de temps ? Cause perdue pour la mode, pas pour les psys.

scarlett"Quoi, pas féminine ??"

 

 

 

Photo Ellen von Unwerth

Posté par anyuka à 10:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

24 août 2015

La Bretagne, c'est une fleur ✽

IMG_0331 IMG_0318

Jour de pluie, non plutôt de tempête sur la région parisienne et probablement une bonne partie du pays, alors aujourd'hui envie de me retourner sur mes photos de Bretagne. Avant de t'en faire visiter d'autres recoins, un peu des couleurs de cette région qui m'enchante...

IMG_0315 IMG_0387IMG_0388 IMG_0422IMG_0429 IMG_0433IMG_0446 IMG_0448 IMG_0506 IMG_0509IMG_0547 IMG_0566IMG_0567 IMG_0576IMG_0581 IMG_0597IMG_1031

 

Posté par anyuka à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

19 août 2015

Rentrée Littéraire et Amour Toxique

Et voilà, c'est parti, la seule Rentrée dont l'évocation ne provoque pas des suées d'angoisse (quoique, ça dépend pour qui...). J'ai déjà eu le bonheur de découvrir quelques pépites, et envie de te parler pour commencer de deux lectures publiées chez Stock, qui traitent toutes les deux d'amour, mais d'amour destructeur :

IMG_20150819_152033

Dans L'Illusion délirante d'être aimé, Laura, journaliste et écrivain, a repris contact avec son ancienne amie de lycée, C. Alors qu'elles sont maintenant collègues, C. adopte un comportement étrange : elle se montre insistante, possessive, jalouse envers Laura. La voici qui s'habille pareil, lui crée un faux compte facebook... de façon progressive, elle chercher à entrer dans sa vie et s'approprier son monde. En interrogeant divers spécialistes sur cette situation, Laura découvre le syndrome de Clérambault, ou érotomanie. Et plutôt que de couper radicalement les liens comme on le lui conseille, elle se met alors en tête d'en faire un sujet de livre, mais l'histoire lui échappe et va dégénérer.

Au fil des pages c'est un glissement progressif vers la folie que rien ne semble pouvoir endiguer. Exaltation, dépit, rancune... La vie de Laura, son couple, son boulot sont envahis, empoisonnés, alors que son entourage ne semble pas la prendre au sérieux car cette C., en réalité, semble parfaitement saine d'esprit. Au point que Laura commence à douter : et si c'était elle, la folle ?
En adoptant le "Je", Florence Noiville place le lecteur devant cette question : comment réagirai-je face à un être maladivement toxique ? Comment s'en sortir si ce n'est violemment, d'une manière ou d'une autre ? C'est un roman-thriller des sentiments, où amour et haine sont mêlés pour le pire.

Avant C., je souffrais déjà physiquement de ce monde "à l'impératif". Je me voyais, tel Saint Sébastien, transpercé par une flèche supplémentaire chaque fois que venait s'ajouter quoi que ce soit demandant qu'on lui prête de l'attention. Mais voilà qu'une allumée prétendait maintenant que j'avais une responsabilité envers elle. Me donnait et me répétait en boucle l'ordre suprême : AIME-MOI ! SOIS MOI !

{L'illusion délirante d'être aimé, Florence NOIVILLE, Stock}

 

 

Dans Un Homme Dangereux, Emilie, la narratrice, a tout pour être heureuse, une vie équilibrée entre son métier, son mari, ses deux enfants et même un amant. Elle prend le risque de tout détruire pour un homme qui lui retourne la tête, un sale type qui la traite mal, un "homme dangereux".

Il est difficile de comprendre l'attrait que peut avoir un pervers narcissique pour sa victime sans avoir croisé soi-même le chemin de ce type de personne. Emilie Frèche décortique avec une grande clairvoyance (et sûrement pas mal de recul), sans épargner ni l'une ni l'autre, les mécanismes d'une telle relation et de la dérive passionnelle. Le sale type en question, Benoît Parent, écrivain qui connut en son temps un certain succès, représente tout ce qu'elle exècre, jusqu'à véhiculer des valeurs abjectes. Pourtant, elle ne peut s'empêcher de foncer dans cette histoire tête baissée et de s'enfoncer dans le glauque, comme "une maladie qui lui serait tombée dessus". C'est par la découverte d'un secret familial et par l'écriture qu'adviendra la clairvoyance, et la guérison. Récit d'une descente aux enfers intime, troublante et dérangeante.

Il n'y a pas de violence plus grande que d'aller fouiller en soi. Non, pas de violence plus grande.

 

{Un Homme Dangereux, Emilie FRECHE, Stock}

 

 

Avec ce double billet je débute ma participation au

logo2015 

lancé par Sophie Hérisson.

 

Posté par anyuka à 19:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2015

La Vallée Engloutie de Guerlédan

IMG_3627 IMG_3646

Le lac de Guerlédan est le plus grand lac artificiel de Bretagne ; situé en Centre Bretagne (entre Morbihan et Côtes d'Armor), il a été totalement asséché au printemps dernier pour que l'état du barrage soit vérifié, permettant la découverte d'un exceptionnel paysage. Au fond de cette vallée on devine encore des écluses, des vestiges de maisons, de bateaux... De quoi laisser libre cours à l'imagination ! 

IMG_3637 IMG_3648 IMG_3661 

Sol lunaire, arbres pétrifiés...

IMG_3664 IMG_3666

Epatant de voir à quelle vitesse la nature reprend vite ses droits...

IMG_3675 IMG_3682 

... et à quelle vitesse les gens prennent plaisir à abîmer l'endroit...

IMG_3695 IMG_3711  IMG_3713

Le lac se remplira à nouveau en novembre prochain, probablement pour quelques décennies...

 

Posté par anyuka à 19:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :