C'est quoi ce bazar ?

01 octobre 2014

Déplâtré, Délivréééee !!

keep-calm-and-anyuka-2

.......................... Heu, en fait non.

Depuis la semaine dernière, très souvent quand je croise des connaissances alors que je suis avec Minimoy, j'ai droit à "Ben alors, il a toujours son plâtre ?" (tu te souviens, le plâtre ?). Ce à quoi je réponds : "Eh oui, on trouve ça plutôt joli, donc on a décidé de le garder jusqu'à Noël, et on mettra une guirlande lumineuse autour."

Ok, pour de vrai je dis : "En fait, c'est pas le même".

En face, quelque chose d'affolé passe dans le regard, une inquiétude, un énooooorme point d'interrogation se met à clignoter, le sourcil (voire les deux) monte aussi haut qu'il le peut, la main vient couvrir la bouche comme pour étouffer un gargouillis d'horreur (ou un énorme juron), incrédulité ("Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan c'est pas vraiiiii ???" Non c'est pas vrai, je m'ennuyais hier soir alors j'ai joué à coller des bandes de papier toilette sur le bras de fiston et maintenant ça se décolle plus, c'est ballot), apitoiement "Ooooooooohlalalala mais le pauuuuuvre..."

Bon, je te raconte. Or donc, après un mois de plâtre et d'intense galère, nous arrivons à la veille de ce jour béni de la délivrance où ce fichu morceau de résine va enfin être fendu en deux et où Minimoy pourra réintégrer la troupe des 4 membres en bon état qui ont l'autorisation de courir, sauter, faire du vélo, de la trottinette, etc. Ce soir-là donc, un cri en provenance de la chambre des garçons : le Mini a glissé son bras valide (ne me demandes pas pourquoi...) sous le sommier du lit superposé au dessus de sa tête, pile poil au moment où son frangin s'étalait de tout son long sur son lit à l'étage au-dessus. Crac.

Et là, alors que la forme du bras de Minimoy ne laisse aucun doute sur le diagnostic (ni sur la probable intensité de la douleur), son père et moi échangeons un rapide regard : "Non c'est pas vrai c'est pas arrivé c'est une f****ue blague, pas vrai ?? c'est pas ce qu'on pense ??". Ben si.
Urgences (Nous, ne vous dérangez pas, on connait le chemin pour aller passer la radio). Plâtre. Non, deux plâtres. (Au 3e le chirurgien nous a promis de nous faire un prix)

Dans notre malheur on a eu de la chance (comme disait ma môman), vu qu'on a pu retirer la première résine comme prévu le lendemain. Puis on a commencé à s'organiser comme on a pu, car cette fois c'est le bras droit qui est touché, et comme Mini est droitier... Dispensé d'écriture jusqu'aux prochaines vacances, là il faudra rattraper le retard. Pour manger, s'habiller, etc... je te fais pas un dessin. Mais c'est fou ce que les gosses peuvent s'adapter vite, mon p'tit père se débrouille déjà pendant les repas avec les deux mains, arrive à peu près à écrire son prénom de la main immobilisée... bref, ça nous gêne plus que lui, et oserai-je le dire ? on s'habitue. Heureusement, car on a rempilé pour un mois. Allez, ce n'est pas grave tout ça (mais comme aucun de mes garçons n'avait jamais eu ce genre d'embêtement jusqu'à présent, je me demande si une fragilité osseuse n'est pas à surveiller), on est bien d'acord, juste une fucking loi des séries qui j'espère va s'arrêter là.

IMG_20140924_104009 (Et 1, et 2, et...)

Heureusement ça n'empêche ni les sourires ni les câlins. Mais boudiou de boudiou, on s'en souviendra de ce mois de septembre !

 

✮✮✮

Posté par anyuka à 09:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


30 septembre 2014

L'Exception

IMG_1986

Le soir du Nouvel An, Floki annonce avec un brin de désinvolture à sa femme Maria qu'il la quitte pour un homme, un collègue de travail avec qui il entretient une relation depuis longtemps déjà.

L'auteure est reconnue désormais (grâce à "Rosa Candida" et "L'embellie") pour écrire avec infiniment de délicatesse, mais ici j'ai trouvé que pour cette histoire en particulier, la réaction de Maria confinait à la grande passivité. Est-ce qu'elle ne devrait pas davantage se battre et exiger des explications, alors que son mari se met en ménage dans la rue d'à côté, et vient tranquillement chercher ses affaires comme si de rien n'était, ou presque ? Certes, elle cherche à comprendre comment elle n'a pu s'apercevoir avant que son mari était homosexuel, des situations lui reviennent en tête, une foule d'indices qui à nous lecteurs paraissent plutôt évidents, au moins pour prouver un adultère. Le personnage de Maria en devient quelque peu naïf et énervant. Le fait que son mari soit spécialiste de la théorie du chaos, et elle travaillant dans l'humanitaire, alourdit un peu plus la symbolique de l'entreprise.

J'ai aimé en revanche la description de sa tendre relation avec ses jumeaux, de jolies scènes de jeux dans la neige avant que la nuit ne tombe, et celle qui s'esquisse sur la fin de l'ouvrage avec un autre enfant... Alors, l'écriture devient aussi douce et lumineuse qu'un paysage enneigé, décrivant à merveille l'atmosphère particulière de ce pays où la nuit est si longue.
L'histoire qui vient se surajouter de l'apparition soudaine (et disparition tout aussi brusque) de son père naturel n'apporte pas grand chose, si ce n'est à surcharger une histoire déjà complexe sur le thème de la dualité et des secrets de famille.
Finalement, le début de l'histoire se lit passionnément, puis fait du surplace (surtout avec les apparitions incessantes et bavardes d'une voisine envahissante qui commente (ou reprend à son profit) l'action - et aura d'ailleurs le (très joli) dernier mot du roman -, de sorte qu'à mi-chemin je me suis surprise à réellement m'ennuyer et avoir du mal à reprendre ma lecture.

Les gens refusent de regarder en face ce monde truffé d'éclats de verre et d'admettre qu'une souffrance profonde aiguise la perception et donne de la valeur à l'existence.

Une fois, ça m'a pris sept mois pour trouver le mot juste, dit-elle. C'est incroyable les crises existentielles que 26 lettres peuvent engendrer. Aimer et buter font tous les deux cinq lettres.

 

{L'Exception, Audur AVA OLAFSDOTTIR, Zulma}

 

 Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2015 

Posté par anyuka à 10:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2014

Vitaminothérapie

IMG_2071IMG_2077 IMG_2089 IMG_2085 IMG_2092 IMG_2096

Nectarines charnues, noix cernées, raisin bien vert, bananes bien mûres... Voilà un cocktail vitaminé pour bien tenir le choc devant l'automne qui est déjà là et l'hiver qui ne saurait tarder. Je tiens toujours à avoir fruits et légumes à portée de main en permanence à la maison, pour autant, je me sens très, trop souvent fatiguée, le manque de sommeil probablement. Mais je dois avouer, Alice & Zaza, que mon allié de choc reste quand même celui-là :

IMG_2111

Comment ça, c'est pas de la vitamine ? Mais si mais si, du fer pour moi qui suis une éternelle carencée, du magnésium pour le moral... C'est d'utilité publique, reconnaissons-le !

 

❇ Un bon lundi (en pleine forme) à tous ! 

Posté par anyuka à 13:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2014

La décision, premier roman réussi

IMG_2105

1936. Alors que Thomas Mann passe des vacances en famille en Suisse, son pays s'effondre dans le nazisme, rendant impossible son retour. Poussé par ses proches, il doit prendre la "décision" de rendre publique la condamnation du régime, acte qui aura de graves conséquences pour lui.

En réalité, au moment où le livre commence, la décision dont il est question est déjà prise, et il reste trois jours à Thomas Mann, entre le dépôt de sa lettre et sa publication, pour réfléchir à ses possibles conséquences... et être assailli par les doutes.
On peut se demander pourquoi le grand homme semble tergiverser à condamner la bête immonde, alors même que plusieurs membres de sa famille se sont déjà engagés dans le combat contre le fascisme, et qu'on attend de lui, Prix Nobel de Littérature qui a déjà publié ses plus grands chefs d'oeuvre, une prise de position claire. Il sait que sa lettre va provoquer une déflagration, et qu'il deviendra à tout jamais l'ennemi de sa patrie. Comment se résoudre à renoncer à son pays, à son passé ?
Mais l'hésitation n'est pas tant à chercher du côté de l'engagement politique, et c'est là que le roman est réussi : l'auteur y décrit la détresse d'un homme vieillissant qui n'aspire plus qu'au calme et se voit contraint d'abandonner son confort, ses chères habitudes, ses travaux en cours et certainement ses lauriers. Portrait d'un très grand écrivain las qui voudrait, en somme, qu'on le laisse tranquille, et qui se scandalise surtout de s'être fait spolier tous ses biens, de ne pouvoir jamais retrouver ses manuscrits laissés en Allemagne et qui, légitimement, craint pour la sécurité de ses proches.
C'est donc un très réussi premier roman, où la mélancolie est omniprésente.

D'ailleurs, qu'est-ce que c'est, un chez-soi ? un pays, un endroit, un souvenir ?

Des photos de mariages et de baptêmes, d'anniversaires et de remises de prix. Des moments heureux, radieux. mais la vraie vie se déroule dans les intervalles et ne figure sur aucune photo.

{La décision, Britta BOHLER, Stock}

 

Posté par anyuka à 19:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2014

"3 Coeurs" brisés

049910

526784

A quoi ça tient une rencontre ? A un train raté, la nuit, dans une ville de province.
A quoi ça tient trois vies bouleversées ? A un rendez-vous manqué dans un jardin parisien dont on ne se remet jamais vraiment.
A quoi ça tient un beau film ? A trois acteurs d'exception.

C'est l'idée du film, la base même de tous les beaux mélos : "Et si ?". Ce qui est énervant avec les "Et si" dans les films ou les romans, c'est de savoir que deux héros passent tout près de leur chance de bonheur sans le savoir. Ce qui est énervant, c'est d'être spectateurs d'un drame qui ne tient qu'aux hasards et aux coïncidences, ce qui est énervant, c'est lorsque l'histoire est si réussie qu'on peut forcément se projeter, s'identifier et songer à toutes ces croisées de chemin qui auraient pu changer notre vie. L'histoire en devient amère, triste, bouleversante, et pousse à la réflexion. 

Poelvoorde n'est jamais aussi bon que lorsqu'il joue un homme tragiquement amoureux, quant aux deux actrices, Charlotte Gainsbourg et Chiara Mastroianni, elles sont juste royales (dignes filles de leur mère, chabrolienne Catherine Deneuve siègeant à tous ces repas de famille dominicaux induits par la vie de province) et expriment tout leur désarroi d'un simple battement de paupières, rendant évident par leur complicité manifeste l'amour que peuvent se porter deux soeurs inséparables. 

Il y a bien quelques grosses ficelles (cardiaques) et la fin est assez prévisible, mais Benoît Jacquot prend si bien le temps de poser les scènes - suffisamment pour rendre nous palpable l'attirance entre les personnages - qu'on oublie vite les incohérences pour mieux apprécier un film qui traite avec talent du mystère de la rencontre amoureuse.  

{3 Coeurs, un film de Benoît Jacquot, avec Benoit Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroianni... actuellement en salles}

 

Posté par anyuka à 09:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :



23 septembre 2014

Au Panthéon !

IMG_2021 

A l'occasion des travaux de restauration du Panthéon, l'artiste JR a été sollicité pour faire de la bâche de chantier une création artistique, une oeuvre participative regroupant des portraits collectés sur plusieurs mois à travers la France. Grâce à un photomontage de folie, ce sont près de 4000 portraits qui occupent à la fois le pourtour du dôme mais également certaines parties à l’intérieur du monument, et l'effet est remarquable, une association totalement réussie entre classique et moderne, l'installation mettant en valeur un site grandiose - et du coup un peu moins intimidant.

IMG_2025

IMG_2012

IMG_2004 

L'idée est juste géniale (comme tout ce que fait JR... oui je suis une grande fan depuis "Women are Heroes", et tu sais quoi, la plus belle photo que je possède de mes garçons sort d'un photomaton conçu par l'artiste), comme si des anonymes, toi, moi, nous, étions invités à figurer parmi des hommes illustres, et avions en quelque sorte autant de valeur. Tous dignes d'entrer au Panthéon !

IMG_2024

IMG_2016

 Réussi à trouver l'artiste parmi les portraits...

IMG_2037 

Ouuf, la culture ça crève....

IMG_2043 IMG_2000

Les installations intérieures seront visibles jusqu'en octobre, l'extérieur pendant toute la durée des travaux. Renseignements par ICI.

 ★

Posté par anyuka à 09:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2014

Favourite Shop

pendulo1

Pour leur nouveau lundi à deux, Alice et Zaza nous proposent de leur parler de notre boutique préférée, ou de cet endroit où la carte bancaire risquerait de s'enflammer. Mais cette fois-ci les filles, je passe mon tour, je ne me sens pas concernée...

daunt-books-marylebone-05

article-2037015-0DDF7A9200000578-849_634x419

Lerdevagarlisbonne

Je ne vois vraiment pas quel endroit pourrait me faire suffisament tourner la tête au point de me ruiner...

 ateano2

 Selexyz à Maastricht

 ... Non, je ne vois pas... en plus, je suis hermétique à la tentation, 100% raisonnable !

shakespeare and co, Paris

The Last Bookstore, Los Angeles

... Désolée les Miss :-D !! Bon début de semaine à tou(tes) ! 

 

 

Photos glanées sur le net :
❋ El Pendulo, Mexico
❋ Daunt Books, Londres
❋ Lello, Porto
❋ Ler Devagar, Lisbon
❋ El Ateano Grand Splendid, Buenos Aires
❋ Selexyz, Maastricht
❋ Shakespeare and Company, Paris
❋ The Last Bookstore, Los Angeles

 

Posté par anyuka à 15:04 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

21 septembre 2014

365 Photos {38}

T'as pas l'impression que ces temps-ci on a toutes les saisons concentrées en quelques jours ? Et il en est de même pour l'humeur, d'ailleurs, toutes les nuances de l'arc en ciel... Petite récap pour le challenge de Virginie :

IMG_20140914_134044 IMG_20140915_162526IMG_20140916_165731 IMG_20140917_201628IMG_20140918_220854 IMG_20140919_201051IMG_20140920_164010

258# Compagnon infidèle que je n'arrive toujours pas à apprivoiser.
259# Bonne récolte, presque l'automne.
260# Photogéniques fleurs dont j'ignore totalement le nom !
261# Les trottoirs parisiens se font, parfois, poétiques.
262# Etonnant, non ? L'orage arrive...
263# Presque l'automne - Bis.
264# Journée Patrimoniale (article à venir).

 

★ Beau Dimanche à Tou(te)s ! 

Posté par anyuka à 09:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

19 septembre 2014

L'Oubli

IMG_1992

Maud a la mémoire qui flanche violemment. Quoiqu'elle fasse ou dise, les minutes qui suivent elle ne s'en souvient déjà plus. Les petits papiers qu'elle sème autour d'elle et au fond de ses poches pour lui servir d'aide-mémoires ne lui sont guère d'une grande utilité. Pourtant, quelque chose la tracasse et revient en boucle : où est passée Elizabeth, son amie ? Et un manque en rappelant un autre, qu'est-il arrivé à Sukey, sa sœur aînée disparue depuis cinquante ans ? Et si le passé et le présent se confondaient ? Alors que la vieille dame tente à sa façon de rassembler les morceaux du puzzle de sa mémoire, personne ne la prend au sérieux.

Le tour de force de l'auteur est de nous faire entrer dans la mémoire en vrac de Maud (thème riche s'il en est, il est aussi au cœur de l'excellent « Avant d'aller dormir » de S.J.Watson ). D'un paragraphe à l'autre, la septuagénaire perd le fil de ce qui se passait précédemment, mais toujours le texte garde une continuité dans l'action sans redondance, tandis que l'état psychique de Maud semble s’aggraver. On a affaire là à un personnage totalement inédit, qui souffre d'une perte totale de repères - et le lecteur aussi, qui n'en sait pas plus qu'elle et chemine au même rythme bousculé.
Et même si l'on devine vers les 2/3 de l’ouvrage le fin mot de l'histoire - des histoires, plutôt - c'est un livre qui se lit avidement, et avec une tendresse pour ce personnage de Miss Marple atteinte d'Alzheimer - et pour sa fille aussi, dont on sent la souffrance, l'amour et la fatigue de ceux qui se dévouent entièrement à leurs parents malades.
Un premier roman formidablement réussi !

{L'Oubli, Emma HEALEY, Sonatine Editions}

 

 Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2015 

 

Posté par anyuka à 09:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2014

Ce lieu où ils grandissent

IMG_1916

Il n'y a pas longtemps, je suis retournée dans le village où j'ai grandi. Se trouvant en région parisienne, il a logiquement quelque peu changé par rapport à mes souvenirs, les habitations s'étant considérablement multipliées au détriment des vastes champs dont j'avais le souvenir - eh oui, c'était il y a plus de trente ans. Mais ce qui m'a le plus frappée, c'est la différence entre ma mémoire et la réalité, l'ampleur des rues, la distance de ma maison à l'école, la taille du collège... Tout était à la fois si pareil et si différent, surtout pour une question d'échelle. J'ai grandi, et mon village a rapetissé.

IMG_1867

IMG_1858 IMG_1862

IMG_1870

Je me demande souvent quels souvenirs garderont mes fils des lieux où ils ont passé leur enfance. Je vis en appartement, toujours en région parisienne et dans un quartier très familial, à proximité immédiate des petites écoles et surtout de ce ce grand parc qui nous sert de jardin, où se donnent rendez-vous toutes les familles et où grandissent tous les enfants. C'est là où les parents épuisés emmènent les bébés dormir dans leurs poussettes, là que les plus grands peuvent se défouler après l'école, goûter, tenter de faire les devoirs, apprendre à marcher, à faire du vélo, de la trottinette. C'est là que les enfants se disputent, boudent et jouent à cache cache, au ballon et à l'élastique, se pètent le poignet, se disputent une cabane et rejouent la Guerre des Boutons. C'est là que les mamans et quelques papas se retrouvent pour pique-niquer, papoter, cancaner, se retrouver, surveiller, séparer, punir. Il me fait râler ce parc, parce que j'y vais quasiment tous les jours, mais dans le fond quelle chance on a, grâce à lui on voit les saisons passer, et souvent j'oublie trop de lever la tête de ma bulle de fatigue quotidienne pour le contempler.

 IMG_1911

IMG_1920

IMG_1922

IMG_1924 

IMG_1932

IMG_1944

IMG_1956 

IMG_1966

IMG_1968

IMG_1972

IMG_1980

Voilà l'endroit un peu particulier que j'avais envie de vous montrer en ce nouveau Lundi à deux, Alice & Zaza.

IMG_1963 IMG_1887

Posté par anyuka à 08:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :



Fin »