C'est quoi ce bazar ?

29 mars 2015

Ce sont les Fleurs qui nous le disent

Dimanche pluvieux, difficile de se convaincre que le Printemps est là, pourtant il est bel et bien installé, et c'est plaisir de le traquer avec l'appareil photo et tâcher de ne retenir que les couleurs de cette semaine pour Virginie

IMG_20150323_125150 IMG_20150324_132522IMG_20150325_182407 IMG_20150326_202228IMG_20150328_110900 IMG_20150329_133404IMG_20150326_203942

# Tester la fonction floutage de l'arrière-plan de mon téléphone - pourquoi ça existe pas dans la vraie vie, pour ne voir que l'essentiel ?
# Les premières !! pas les dernières.
# Plaisir d'une virée parisienne avec Mon Grand, retour de projection (et la semaine prochaine, on recommence, mais Chuut !).
# Bonheur du soir depuis que Minimoy nous fait lui-même la lecture
# Cette lecture-là, en revanche, c'est pour les grands, et même les grands au coeur bien accroché.
# Enfin tester le mythique Angelina avec une amie.
# Il pleut il vente ? Pas grave, ça arrose les boutons d'or, et demain il fera BEAU.

 

 

Ceci est un article sponsorisé par Cuculand

Posté par anyuka à 14:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]


27 mars 2015

"La Meilleure d'entre Nous", so delicious

IMG_20150323_195112

Jenny, Claire, Vicky, Karen et Mike partagent tous la même passion pour la cuisine, et sont en compétition pour devenir la nouvelle Kathleen Eaden, légendaire cuisinière britannique. Pendant des semaines, ils vont rivaliser pour servir les meilleurs desserts, et peut-être cette compétition changera-t-elle leur vie personnelle...

Quand "La Meilleure d'entre nous" sortira en librairie en avril dans la très jolie et toute nouvelle collection Préludes (c'est simple, tous leurs titres me tentent), je te parie une tablette de chocolat (au lait, merci) que les superlatifs sucrés vont abonder : un livre délicieux, savoureux, gourmand...
Tu l'as compris, il y est question de pâtisserie, et pas seulement par allusions, tu peux me croire ! Dès les premières pages tu es plongé dans un univers de douceurs où les gâteaux moelleux cotoyent les biscuits les plus raffinés, tu sens l'odeur de la brioche qui gonfle et imagines des superpositions de biscuits dorés, de choux ou de tartelettes (et là, c'est quoi ce bruit ? ton estomac qui gargouille).

Ce n'est pas seulement cela, bien sûr. Nous faisons connaissance avec chacun des candidats, leurs motivations à participer à ce concours, leur vie personnelle et surtout leurs blessures secrètes. Mère célibataire ou épouse délaissée, perfectionniste maladive ou mère étouffée/étouffante... autant de portraits attachants auxquels il faut rajouter celui de la fameuse Kathleen, perçue comme la femme, épouse, mère, cuisinière parfaite. Et si les apparences étaient trompeuses ?

Et puis, bien sûr, il y a cette passion pour la cuisine, et la pâtisserie considérée comme une preuve d'amour et une occasion unique de partage (le rapport entre coeur et nourriture, vaste sujet) :

Il existe de nombreuses raisons de cuisiner : pour nourrir, pour inventer, pour impressionner, pour atteindre une forme de perfection... Mais aussi pour répondre à une simple faim : celle d'aimer et d'être aimé.

Finalement, comme pour ma dernière lecture, c'est un livre d'apparence légère mais pas tant que ça, ni mièvre ni trop sucré ni trop lourd, savant dosage d'émotion qui fait passer un très agréable moment de lecture qui risque fort de t'ouvrir l'appétit... un délice, donc !

 

{La Meilleure d'entre Nous, Sarah VAUGHAN, Préludes}

 

❈❈❈

 

Posté par anyuka à 08:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

26 mars 2015

La Galerie des Moulages (Cité de l'Architecture et du Patrimoine)

IMG_3030

Cette collection de moulages du Musée de Sculpture Comparée permet un parcours chronologique dans le patrimoine français du XIIe au XVIIIIe siècle. La galerie, de belles proportions, est très vaste, aérée, lumineuse... une très jolie balade dans l'histoire de l'art sculptural et monumental, mêlant styles, époques et régions. Etonnant ! 

IMG_2979

IMG_2985

IMG_2990

IMG_2994 

Copies de statues, portails (parfois entiers !) d'églises ou de cathédrales, tombeaux, chapiteaux, gargouilles....

IMG_2996

IMG_2997

 IMG_3003

Pour les enfants, des écrans tactiles explicatifs, et tu peux même essayer de reconstituer un vitrail ou encore une voûte de cathédrale à l'aide de cubes.

 IMG_3004 IMG_3005

IMG_3006

IMG_3014 IMG_3016

IMG_3019 

"Hmmmm ? Qu'est-ce qui se passe ??"

IMG_3020

IMG_3023

Le pli des robes, le détail des coiffes... 

IMG_3024 

IMG_2999

Et la vue, on en parle... ??

 

{Cité de l'Architecture et du Patrimoine, Palais de Chaillot à Paris}

 

Posté par anyuka à 15:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2015

Wedding Time 3. Le complexe de la bouteille d'orangina

8a31b32845989a699c02ca31439b018e

La robe, donc.

Je me marie civilement, donc je m'imaginai trouver sans trop de difficulté une robe simple et sans fioritures. Sauf que :

1 / La dernière fois que j'ai porté une robe j'avais 20 ans.
2 / Depuis, j'ai pris 25 kilos.

Une fois établi que mes marques préférées ne me sauveraient pas, que faire ? 1,2, tous ensemble :

tumblr_mxzc4hOuMn1r5clboo1_500 Ouaiiiiiiiiis...

Accompagnée d'une copine (parce qu'entrer dans une boutique, c'est bien, se décider à entrer dans une cabine d'essayage pour enfiler une robe et manquer de tomber dans les pommes en voyant mon reflet et le moindre de mes défauts surlignés par un éclairage verdâtre, il y a un sacré pas que seul un regard bienveillant - et un coup de pied aux miches - peut m'aider à franchir. Et une grande patience, aussi, parce que je crois que je l'ai épuisée et découragée ma copine shopping. Je parie que j'arrive à pousser Cristina Cordula aux portes de la dépression. Des volontaires ??) inconsciente du calvaire qui l'attendait, je suis donc passée par l'épreuve de l'essayage, et là, c'est le drame :

Imagines qu'en haut je fasse une certaine taille (gardons les chiffres cachés par pudeur - un indice : c'est au-dessus de 36) et qu'en bas j'en fasse complètement une autre... Tu visualises une bouteille d'Orangina ? Ben voilà, essayes, 1 / de l'habiller, 2/ de l'habiller pour son mariage (avec une paille, donc).

Ah, j'oubliais : je me permets en plus de faire ma chieuse, non j'ai pas envie d'essayer tous ces sacs sur cintre que m'ont proposé diverses vendeuses plus ou moins patientes, à ce compte là je peux aussi aller chez Handibag, faire des trous pour la tête et les bras et rajouter une ceinture à paillettes pour faire la blague. Est-ce parce que je suis grosse (pardon, on dit ronde) que je dois forcément porter quelque chose qui n'est pas à mon goût ? (c'est bien parti pour, remarques)

tumblr_njky5luT0A1rrx588o1_250 La tête des vendeuses qui me voient débouler, on en parle ?

Evidemment, je passe un paquet d'heures sur des sites spécialisés, et je dois dire qu'au moins sur certains les mannequins sont si belles et pulpeuses (et bien proportionnées, voilà le hic) qu'elles me redonneraient presque espoir (bon, j'ai aussi remarqué que chacune était dotée d'une paire de talons plus hauts qu'un tabouret, ça fera sûrement l'objet d'un prochain chapitre dans mes recherches). Mais y a pas, je trouve pas. Retour à l'option "Chériiiii, tu m'en voudrais beaucoup si je me pointais à la mairie en jogging ? Même un jogging à fleurs ?"

Et si le graal passait par des sites étrangers ? Une amie devinant immédiatement mes goûts (pourquoi t'es si loiiiin ????) m'a envoyé le lien vers un site américain avec de vraies merveilles, j'y ai passé un temps fou avant de me rendre à l'évidence : impossible, vu mes soucis morpho, de prendre le risque de commander sans essayer.

tumblr_n69fjennHb1rb2l1co1_400 Ouais, pas faux...

Et une couturière ? je pense que je la rendrai folle. J'ai fait des essais coiffure et je me suis vite débarrassée du truc car il fallait bien sûr que je me regarde, que j'émette une opinion sur ma tête, que je me juge... Sortez-moi de là !!

Bref, je n'ai pas encore la solution mais deux mois pour la trouver, et tu auras compris que ce qui se joue là (j'ai fini par le comprendre toute seule comme une grande, je progresse) ce n'est pas un simple problème de tissu ou de coupe ou de taille, c'est une histoire de regard, de désir, d'acceptation de soi et de sa féminité. Ca peut se régler en deux mois tu crois ??

 

 

 Sources Photo : Pinterest & Tumblr sont mes amis.

 

Posté par anyuka à 09:43 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2015

"Et je Danse, aussi", la vie par mail

DSC_1382

Pierre-Marie, écrivain goncourisé en panne d'inspiration, entame une correspondance par mail avec Adeline, admirative lectrice. Progressivemement, cet échange commence à beaucoup compter pour l'un comme pour l'autre et les confidences, malentendus, rebondissements et révélations vont s'enchaîner.

Le roman épistolaire a bien changé depuis Laclos ! Est-ce parce que les mails arrivent de façon instantanée et de façon plus dynamique ? Les livres s'inspirant de ce procédé (je pense à Glattauer) sont assez souvent légers, sans doute parce que les relations, les amitiés ou les amours y évoluent à vitesse grand V - et leur lecture aussi. Ici toutefois, les échanges entre nos deux personnages ne se limitent pas à des phrases brèves à l'allure de textos, non c'est plus fouillé, ce sont de vraies, de longues lettres.
Assez rapidement nos deux correspondants s'épanchent et se révèlent : elle se décrit comme solitaire et menant une vie assez fade. Lui, l'écrivain donneur de leçons et marié quatre fois, est tenaillé par le désir de percer le secret de la disparition de son épouse Eva.
Mais la vérité est peut-être ailleurs, et de rebondissements en quiproquos (jusque à mettre la zizanie dans un couple d'amis s'immiscant dans ces échanges), de gentil flirt en confidences intimes (c'est fou comme l'on peut être amené à se dévoiler par écran interposé), une intrigue se noue et une autre histoire apparaît peu à peu en filigrane, tout à fait différente de celle qu'on imaginait au tout début du livre, comme un puzzle composé de bribes de mails.

Je m'attendais à quelque chose de l'ordre du Cercle littéraire des Amateurs d'Epluchures de Patates, et de vraiment très léger au vu de la couverture et de ce que proposait la 4e de couverture. Mais même si l'on ressent le grand bonheur d'écriture des deux auteurs, l'histoire est bien plus complexe et ambigue que cela - plus douloureuse, aussi. On y fait son deuil, on part à la recherche de personnes disparues, on se trompe, on se ment, on se fait souffrir, et à la fin on est bien obligé de se mettre à nu pour avancer.

IMG_20150319_161400

Pour avoir eu la chance d'assister à une rencontre avec ces deux auteurs (merci à Babelio !), leur plaisir de travailler ensemble est évident, partant d'une idée semée sans savoir où cela allait les mener, et le résultat est plus que plaisant et cohérent - malgré bien des petits poussins semés en route -, grâce à une écriture fantaisiste, drôle, terriblement vivante.

 (...) acceptez-moi comme je suis : grosse, pathétique peut-être, mais VIVANTE !

Est-ce que bientôt on verra les gens brandir leur Certificat de plantage au Baccalauréat, ou leur Diplôme de mariage calamiteux, ou plus globalement encore leur Attestation de vie merdée ?

 

{ Et Je Danse, aussi, Jean-Claude MOURLEVAT & Anne-Laure BONDOUX, Fleuve Editions}

 

 

Posté par anyuka à 10:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :



18 mars 2015

Pourquoi il faut aller voir "Big Eyes"

417829

Parce que cette histoire (vraie) est totalement incroyable ! Celle d'une grande imposture du milieu artistique des années 50-60 : Walter Keane connait un immense succès grâce à ses peintures d'étranges personnages aux immenses yeux. Sauf que c'est en réalité son épouse Margaret (je t'en ai dit deux mots ICI) qui peint ses toiles, et qu'elle va devoir se battre pour faire reconnaître ses droits.

Pour ces personnages aux immenses yeux dont je n'arrive toujours pas à décider si je les trouve émouvants, kitsch ou effrayants... Ils me rappellent les poulbots de mon enfance, mais en plus torturés.

Parce que c'est le nouveau Tim Burton, pardi ! Même si en réalité, on ne sent qu'à peine la patte du réalisateur, même si l'on sait à travers ses déclarations que les personnages de M.Keane ont influencé une partie de son univers.

594080

Pour les acteurs : la révélation Amy Adams (je connaissais son visage, mais incapable de dire dans quoi elle a pu jouer auparavant), naïve à souhait. Christoph Walz est à son niveau de crispation de machoire maximum dans un numéro de cabotinage limite suppportable, mais l'escroc cupide qu'il interprète ne méritait sans doute pas moins.

Parce qu'il lance une intéressante réflexion sur ce qu'est l'art populaire, ainsi que sur les débuts du merchandising justifié par la volonté de rendre une oeuvre plus accessible au grand public.

Parce qu'il raconte la quête d'émancipation d'une femme à une époque où elle devait être soumise à son époux, la revendication légitime de son oeuvre par une artiste, la libération d'une femme enfin. Ne serait-ce que pour cela, le film mériterait le coup d'oeil !

 

{Big Eyes, un film de Tim Burton, en salles ce mercredi}

 


Posté par anyuka à 08:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2015

Wedding Time II : Restons calmes.

tumblr_m6pne9ZGkI1rs4ohqo1_500

Le jour où on m'a dit que j'allais devoir mettre des talons...

 

tumblr_mx81jjL3Mc1sl3cq9o1_250

Quand le futur me dit "tiens on pourrait aussi inviter machin, et bidule, et truc, et..."

 

La 33ème fois où on m'a dit "attention, ça va vite arriver !"

 

tumblr_inline_ndk39lua5l1s4nbu9

Le jour où on a décidé de faire les faire-part nous-même.

 

tumblr_mifi1ijFD01rkd5mwo1_500

Quand une copine me propose d'aller faire des essayages.

 

tumblr_nifr1r8XEX1tafu2co1_500

Le jour où j'ai expliqué à un copain que non, on ne se mariait pas à l'église.

 

THE LIST :

Lieux et heures : OK
Faire-Part : en cours
Déco : en cours
Coiffure et maquillage : .................................
Robe : .....................................................................
Chaussures : ........................................................................
Photographe : ............................................................................... sinon ça va, toi ?
Menu : .................................................................................................non parce qu'il fait beau, tu dois commencer à faire des chouettes sorties, non ?

 

{To be Continued}

 

Sources : Tumblr

Posté par anyuka à 11:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2015

"Erable", premier roman, grande fantaisie

IMG_20150302_171348

Jean-Charles Erable s'estime très supérieur aux autres, de par sa naissance dans des circonstances particulières, et de son détachement volontaire de tout lien familial et sentimental. Il observe avec condescendance et le mépris le plus total les gens qui s'agitent autour de lui, il analyse, il juge. Et un jour lui vient l'idée d'arriver à contrôler le hasard, et l'existence de personnes qu'il aurait sélectionnées.
Pour ce faire, sous couvert d'une entreprise factice de livraison de légumes bio et avec l'aide de Berger, mutilé de la vie, il établit une cartographie de ses clients/victimes potentiels. Cherchant à offrir aux gens leur "dose de hasard et de vie rêvée" , il orchestre le hasard à l'aide des outils d'aujourd'hui.

C'est un premier roman à la lecture très limpide, un brin farfelu, pas mal fantaisiste - quelle facilité à poser des caméras et des mouchards partout !, mais l'idée est jolie même si on ne comprend pas ce qui peut pousser un misanthrope pareil à vouloir provoquer le bonheur des gens, même malgré eux. On aurait même pu être dans l'univers d'Amélie Poulain si Jean-Charles Erable n'avait pas été aussi détestable et bien sûr, le procédé finira par se retourner contre lui. Inutile de dire que changer le destin d'une personne induit des conséquences sur la vie d'autres, négatives ou positives (le prix du bonheur ?), et cela aurait valu le coup de prolonger la réflexion en ramifications : jusqu'où peut-on influencer le hasard, est-ce réalisable, et surtout est-ce seulement souhaitable ? Une jolie plume imaginative à suivre.

La mémoire est comme une page Wikipedia que l'on peut réécrire tout au long de sa vie. Le héros de ce livre, Erable, s'attela à cette tâche avec plus de coeur que les autres.

{Erable, Saskia de Rothschild, Stock}

 

 

Posté par anyuka à 08:54 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

03 mars 2015

Frères Ennemis

IMG_1706

Avant d'être maman, j'avais l'image d'une famille idéale, et une idée de ce que je souhaitai pour mes futurs enfants, bien évidemment bâtie sur mon propre vécu : je rêvais d'une fratrie complice, qui ne sentirait jamais seule ou abandonnée, et ce pour toute la vie. Mon frère avait 7 ans de plus que moi, va savoir si c'est une explication, quoiqu'il en soit nous n'avons jamais eu l'occasion d'être proches, il m'a littéralement abandonnée aux évènements les plus tristes de ma vie, et c'est peu dire à quel point je me suis alors sentie seule.
Bref. Quand Minimoy est né, je n'ai pas eu l'impression (à tort, probablement) que son grand frère se soit senti jaloux ou lésé. On a toujours pris garde à ne pas le laisser de côté, à l'impliquer, à lui faire sentir les avantages d'avoir bientôt un compagnon de jeu. Et tant que son frère est resté bébé, les choses se sont plutôt bien passé. Lorsque le Minus a commencé à marcher, il s'est mis à scotcher son frère, à le suivre partout, et à l'imiter aveuglément surtout dans les conneries. Le Grand râlait mais je lui expliquais l'admiration que son cadet devait éprouver pour lui - c'est vrai que mon pré-ado-de-9-ans a toujours fasciné les plus petits, est-ce parce qu'ils sentent tous qu'il a une propension à faire tout ce qui est interdit ?

Et lorsque Mini est entré dans le terrible-two, puis le terrible-three, puis le terrible-etc (en fait ça s'arrête jamais, ce truc), ça a été la débandade : il ne se laissait plus faire par les abus de pouvoir, se défendait bec, ongles et hurlements ! Coups, morsures, cris, "Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaan !!" à tout bout de champ. La guerre fraticide a commencé et ne s'arrête plus. Lorsqu'ils jouent dans leur chambre, je dois intervenir toutes les 3 minutes, lorsque je les fais manger ensemble je dois rester à proximité pour surveiller et éviter bataille de petits pois et coups dans le dos... et de guerre lasse je finis toujours par séparer, isoler, dans les cris pour l'un, dans les vociférations à l'injustice de l'autre.
Je vois aussi que le manque de confiance du grand le pousse à rabaisser systématiquement le petit, et ça me rend dingue. Je discute, j'explique, je parlemente, rien n'y fait. On fait des activités ensemble, on fait des activités séparées, rien n'y fait. On a vu une psy l'an dernier (pas à ce sujet, mais c'est forcément venu sur le tapis), rien n'y a fait. J'appréhende le matin avant l'école, les repas du midi, le retour le soir... ah oui, en fait tout le temps ! Imagines comme j'ai soufflé hier matin quand ils ont repris le chemin de l'école...

Les seuls moments où ils sont complices, c'est lorsqu'on part par exemple en vacances dans un lieu inconnu, ils se serrent les coudes pendant quelques jours... et dès qu'ils ont pris leurs marques c'est reparti.

C'est l'avenir qui m'inquiète, çe me ferait vraiment de la peine d'imaginer que comme moi leurs liens seraient coupés, j'ai beau savoir qu'au cours d'une vie les relations changent dans un sens ou dans un autre, s'approfondissent ou se distendent... Est-ce qu'on répète toujours la même histoire ?

 

Boudiou, quelle pipelette ! 

Posté par anyuka à 09:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

02 mars 2015

Heureuse au jeu

tumblr_msjma11I5K1r1vfbso1_1280

J'ai joué comme beaucoup à Candy Crush Saga machinalement, quand j'avais 3 minutes à perdre, et puis à la première difficulté je suis passée à autre chose. J'ai collectionné des kiwis cool sur facebook, ça absorbe pas trop de neurones. J'ai sûrement testé des tas d'applis plus ou moins intelligentes pour les abandonner rapidement. Je recevais tellement de de notifications du dernier jeu en vogue que je finissais par trouver les noms familiers sans y avoir jamais joué.
Et puis je suis tombée sur LA copine joueuse, la vraie, qui me supplie avec des yeux ombrés par ses nuits sans sommeil et les pouces aplatis par son smartphone de m'inscrire à un jeu pour lui donner des vies - que dis-le, lui redonner la vie ! Comme je suis un peu concon gentille, je le fais. Et là, c'est le drame. Je commence une partie, puis deux, au début c'est facile, ça va vite, après ça se corse. Je regarde où en sont les autres joueurs que je connais, oh tiens je suis pas si mauvaise, j'ai dépassé untel, allez  je joue jusqu'à ce que j'ai dépassé unetelle et j'arrête.

J'essaye quand même d'imaginer les séances de brainstorming des concepteurs du jeu - "alors là, on mettrait des navets (ou des radis, c'est encore un débat qui fait rage entre moi et Chéri), des carottes et des fraises qui font pouic, yihh, youh quand on les aligne et puis, je verrai bien aussi des araignées, des oeufs qui font "rikiki", un putois (ou un raton laveur, débat again), et le but du jeu ce serait de les classer par trois pour passer au niveau suivant - et de détruire les nerfs de millions de joueurs, parce que crois-tu que c'est si facile de faire éclore trois oeufs pour faire un poussin (mais qu'est-ce que je raconte ?)... et encore je t'ai pas parlé des moutons qu'il faut emmener jusque dans leur pré, j'ai jamais autant haï les moutons, j'en rêve la nuit de ces saletés de moutons !

Moi qui dans ma fort fort lointaine jeunesse ai passé des soirées à bûcher sur des partiels de droit, je me retrouve maintenant à les passer le pouce vissé sur l'écran de mon smartphone à essayer de dégommer des poules et des pommes. Parce qu'évidemment, mon challenge c'est de rattraper la maudite qui m'a rendue accro à ce jeu bovin ! et elle est encore loin devant, sutout qu'elle dépense pas mal de soussous à s'acheter des jokers. Moi, pas un kopeck je mettrai dans ce truc, mais du temps, oui, bien trop !
Et mes enfants qui regardent par dessus mon épaule : "Oh ben, tu l'as toujours pas dépassée ? C'est pas grave, maman. Tu peux venir nous nourrir, maintenant ?"

Allez, j'exagère - un peu. Tant pis, ô toi ma copine, tu pourras te goberger avec toutes tes victoires dans la ferme des héros, je ne t'en veux point et je te laisse à ta gloire et continuer à m'envoyer des sms à 23H : "Ben alors, on est coincée :-D ??".

Mon Grand a commencé à jouer à un jeu de clans récemment (autant te dire que je limite son temps de jeu, faudrait pas qu'il devienne comme sa mère), et il m'a demandé de m'inscrire pour l'aider. Je ne peux pas refuser ça à la chair de ma chair, tout de même ?

 

Ma participation au Lundi à deux d'Alice & Zaza

 

Source Photo

Posté par anyuka à 19:07 - Commentaires [6] - Permalien [#]



Fin »