IMG_20140306_183414

Honnêtement, quand j'ai parcouru les premières pages de "Kinderzimmer", j'ai d'abord pensé que je n'allais pas pouvoir le lire jusqu'au bout. Il existe déjà tant de romans ayant pour sujet ou pour cadre les horreurs de la Shoah, et celui-ci me semblait vraiment prolixe en détails insoutenables (trop bien écrit, en réalité...), qui plus est avec une histoire impliquant des bébés...

Et puis, je me suis attachée très vite au personnage de cette jeune résistante, déportée en avril 1944 au camp de concentration de Ravensbrück. Mila, enceinte de quelques semaines, qui choisit de cacher sa grossesse parce que porter la vie à Ravensbrück c'est risquer d'aller d'aller directement à la mort, Mila dont le corps tend à disparaître au lieu de s'arrondir, parce qu'à Ravensbrück donner la vie c'est donner la mort.
Le camp de Ravensbrück c'est 40 000 femmes confrontées à la maladie, la faim, le froid, la promiscuité humiliante, les humeurs des corps, le sadisme des gardiens, la déshumanisation orchestrée, la mort au bout du convoi. Mais c'est aussi la rage de vivre, coûte que coûte, pour l'enfant à venir qui devient, pour Mila et ses plus proches compagnes d'infortune, l'espoir auquel s'accrocher, une raison de survivre et de lutter, avec un seul mot d'ordre : Tenir. Mila découvrira l'existence de la Kinderzimmer, la chambre des nourrissons, infime lueur au sein de l'enfer.

Impossible de lâcher le livre avant de l'avoir terminé, avant de savoir ce qu'il adviendra de Mila, de Teresa, de Georgette, de Sabine, de Sacha, de James... en dépit de pages à la fois éprouvantes à lire mais extrêmement fortes et bouleversantes. Une leçon d'humanité à lire le coeur bien accroché !

La scène a définitivement eu lieu, Mila s'en souvient chaque fois que son dos se courbe, que ses dents sont sales, sa robe souillée, le chien n'a pas mordu et une autre fille porte le double fardeau avec elle : ignorance de son sort, ignorance de l'enfantement, du dedans et du dehors, leur somme d'effrois, et de possibles.

{Kinderzimmer, Valentine GOBY, Actes Sud}