large_674928

Suis-je la cible de ce genre de film ? Pas sûr, tant je me suis sentie paumée dans une salle très jeune et plutôt testosteronée lors de l'avant-première (Merci à Way to Blue pour l'invitation !). Pour être honnête, ce n'est pas le genre que je vais voir en priorité, mais pour avoir pris l'habitude d'accompagner une copine (plus jeune) voir quasi tous les Marvel qui sortent à la chaîne, je ne me sens pas entièrement larguée non plus. Bref, revenons à nos Mutants.

Les voilà en mauvaise posture, se faisant exterminer les uns après les autres par les Sentinelles, de puissants robots d'apparence invincibles car s'adaptant aux pouvoirs de leurs cibles. En désespoir de cause, le professeur Xavier et Magneto décident d'envoyer Wolverine au moment où tout a commencé, autrement dit dans les années 70, à la recherche du concepteur des sentinelles (Trask) et des jeunes membres de l'équipe pour arriver à modifier le futur.

large_674922

Je suis tombée des nues en réalisant que c'était le 7e opus des X-Men, (Wolverine compris) - Ok, je ne les ai pas tous vus. Celui-ci est donc la suite du préquel, "X-Men, le Commencement". Tu suis ? Ne t'en fais pas, ça n'empêche pas de prendre plaisir à un spectacle bien rodé. Car là, c'est Brian Singer qui reprend les commandes, et le réalisateur connait bien son sujet.

Les fans incollables seront à coup sûr comblés de voir tous leurs héros réunis, les autres se laisseront facilement porter par cette nouvelle aventure spectaculaire des mutants dont une grande partie se déroule dans les années 70, avec le côté cocasse que cela suppose (si je te dis qu'on entend du Claude François dans une scène, tu me crois ?), et la confrontation des héros avec eux-même... version rajeunie, torturée et avec de sacrés comptes à régler - en bonus, quelques clefs psychologiques sur les personnages. Mention spéciale à Michael Fassbinder et James McAvoy, jeunes versions de Xavier et Magneto absolument parfaites (et complètement Miam, avis personnel de spectatrice). Un prix devrait également être attribué à une unique scène qui a provoqué des applaudissements, où l'on assiste aux exploits de Quicksilver, génial personnage qui a trop peu de scènes - c'est probablement le défaut majeur du film : énormément de personnages dont une grande majorité sacrifiée - si tu ne clignes pas trop des yeux tu pourras même apercevoir Omar Sy qui campe un beau personnage certes, mais guère bavard. 

{X-Men : Days of Future Past, un film de Bryan Singer avec Hugh Jackman, James MCAvoy... sortie en salles mercredi 21 mai}