IMG_20140911_200349

Les thèmes choisis par Emmanuel Carrère dans ses livres sont parmi les plus forts et les moins faciles. J'ai maintes fois ici fait référence à "D'autres Vies que la Mienne", parce que c'était réellement la première fois que je trouvais écrits noir sur blanc les mots justes et bruts pour évoquer la mort en ce qu'elle a de plus injuste et dégueulasse, faisant écho évidemment à une expérience personnelle.

Cette fois encore le sujet me parle, du moins la façon dont il est abordé : la foi. Je me suis posé les mêmes questions que l'auteur aborde au début du livre, exprimées de la façon la plus simple possible. Il me semble que chacun abordera le livre de façon différente, en fonction de ses croyances - et c'est là que ça devient difficile d'exprimer un avis sans dévoiler un peu de ses convictions personnelles, mais essayons tout de même, car même si je ne tiens rien secret (j'appartiens à "l'immense et malheureuse foule des incroyants" évoquée par Simone Weil), il faut tout de même tenter de rester objectif/ve. Carrère s'est converti, et a pratiqué intensément pendant quelques années, ce qui lui donne une légitimité particulière pour s'interroger ("pour écrire l'histoire d'une religion le mieux est d'y avoir cru et de ne plus y croire") et raconter à sa façon les Evangiles de Paul et de Luc... et essayer de comprendre, de faire la part du plausible et du reste "en essayant de savoir ce qui a pu réellement, historiquement se passer", comme il le ferait d'une enquête policière, choisissant, comme Renan qu'il cite abondamment, de se faire historien.

Là où je me suis perdue, c'est que ma culture religieuse est vraiment limitée - j'ai bien essayé de me pencher dessus à la façon d'une oeuvre littéraire, mais guère plus - et qu'en dehors des grandes lignes de l'histoire du christianisme je n'en sais pas plus. Or l'ouvrage est d'une densité incroyable, d'une précision et d'une érudition effrayante - et aussi décomplexante puisqu'elle cherche à mettre les textes sacrés à portée de tous - le Christianisme pour les nuls, la Bible expliquée avec le vocabulaire d'aujourd'hui. Je me suis accrochée, mais j'ai fini par survoler pas mal de passages.

Ca ne m'empêche pas de penser que c'est un livre brillantissime, passionnant et exigeant, qui requiert du temps et de l'attention, sans jamais perdre sa dimension humaine : comme dans le précèdent, il y mêle des élèments de son histoire personnelle, s'y égratigne au passage, faisant acte de narcissime tout en le reconnaissant et en s'en repentant.
Rien n'est pourtant plus modeste que la conclusion du livre, à elle seule un fantastique résumé - mais pour la connaître il te faudra d'abord lire près de 600 pages.

En un point précis de l'espace et du temps s'est produit cet évènement impossible, qui coupe l'histoire du monde en deux : avant, après, et coupe aussi en deux l'humanité : ceux qui ne le croient pas, ceux qui le croient, et pour ceux qui le croient, qui ont reçu la grâce incroyable de croire cette chose incroyable, rien de ce qu'ils croyaient auparavant n'a plus de sens.

{Le Royaume, Emmanuel CARRERE, P.O.L.}