570356jpg-4d4d59-3496a

La série de bande dessinées "Le Combat Ordinaire" de Manu Larcenet a connu un grand succès il y a quelques années (et été récompensée au Festival d'Angoulême en 2004). C'est simple, ici à la maison l'auteur est vénéré, même si perso je préfère Le Retour à la Terre, dont le Combat ordinaire pourrait être le versant névrosé. C'est donc un sacré défi que de transposer la BD sur grand écran, sachant que le réalisateur Laurent Tuel (Jean-Philippe, La Grande Boucle...) est attendu au tournant.

Marco est un jeune photographe de guerre en panne d'inspiration ; rongé par l'angoisse et terrorisé par toute forme d'engagement, il s'efforce de reconsidérer sa vie. Confronté à la maladie de son père, à l'incompréhension parentale, rencontrant l'amour grâce à son chat caractériel (oui, oui), tantôt sa route croise celle d'un voisin au lourd passé, tantôt il se lance dans un nouveau projet photographique d'envergure.... une véritable crise existentielle. Duvauchelle est vraiment bon dans ce rôle de gars vaguement perturbé qui a envie de se poser, mais freine des 4 fers quand l'opportunité se présente. La lumière, la nature, les paysages (de Bretagne, de Dordogne) sont réellement magnifiés.

003738

Maintenant, la comparaison avec les livres est assez inévitable, et l'adaptation, souvent littérale, met encore plus en valeur le talent incroyable de Manu Larcenet à traduire des émotions, des douleurs aussi, en une seule image. Je te donne un exemple qui me parle particulièrement : le personnage de Marco est traversé par de violentes crises d'angoisse. Un dessin suffit à traduire des maux par définition insaisissables. A l'écran, ça ne passe pas.

Reste un joli film sur la beauté des choses, la douleur qui passe et la vie qui coule, ce qui n'est pas à négliger.

 

{Le Combat Ordinaire de Laurent Tuel, avec Nicolas Duvauchelle et Maud Wyler, sortie en salles le 15 Juillet}

 

Ne pas oublier de (re)lire les excellentes séries de Larcenet, Le Combat Ordinaire et Le Retour à la Terre.