DSC_4277 

Elisabeth Louise Vigée est née en 1755 dans un milieu d'artistes. Elle reçut ses premières commandes à l'âge de 14 ans (!) et devint portraitiste à Versailles à 22 (!!). Devenue la protégée de Marie-Antoinette, toute la cour défile sous son pinceau, jusqu'à ce que la Révolution la pousse à l'exil où elle continuera néanmoins à représenter des têtes couronnées ou bien nées, mais cette fois en Italie, en Autriche ou en Russie.

Sans l'appui de la reine, elle n'aurait sans doute pas connu le même succès ; il fallut aussi qu'elle se marie (une femme à l'époque n'ayant pas d'autre statut social que celui de son mari), devenant Madame Vigée Le Brun. Malgré tout, outre son grand talent et très certainement sa beauté (il existe beaucoup d'autoportraits) elle devait avoir un sacré caractère, déterminé et ambitieux, pour être parvenue à s'imposer dans ce milieu très masculin.

DSC_4279 DSC_4274 DSC_4278 DSC_4281 

De tous ces portraits on devine à la fois la recherche de la ressemblance mais aussi la nécessité de flatter. A voir les portraits qu'elle fit de la Reine, on imaginer qu'elle n'était sans doute pas si jolie, mais au milieu des dentelles, des rubans, des boucles, des fleurs dont l'enveloppe Vigée Le Brun, surtout lorsqu'elle la représente avec ses enfants, elle devient une figure douce, attachante, inoubliable.

Toutes ces femmes (je me suis moins attardée sur les portraits masculins, je le reconnais) ont la jolie bouche entrouverte (on voit parfois leurs dents, une première !), l'oeil qui brille, les joues rosies et les cheveux poudrés. Scandale ! elle en représente même certaines, dont la reine elle-même, en "robe-chemise" ou "robe en gaulle", considérée comme négligée.

DSC_4283 DSC_4286 DSC_4284 

Je raffole du détail des tissus, des rubans, des cheveux, des plissés... on pourrait les toucher ! 

DSC_4287 

L'exposition est à la fois très complète (150 oeuvres !) et très bien conçue, distinguant les années de formation, les thèmes (la famille royale, l'amour maternel...), le style (dessins, pastels), la consécration et même la concurrence, les années d'émigration et le retour en France. Une jolie balade dans le temps.

DSC_4288 

{Elisabeth Louise Vigée Le Brun, Galeries nationales du Grand Palais, jusqu'au 11 Janvier 2016}