IMG_3598

Cette couverture ! les amoureux des livres (et des chats) seront forcément tombés sous son charme dans la seconde. J'avais donc hâte de découvrir si le contenu était aussi réussi...

Voilà un très joli premier livre, plein de charme, de peps et d'humour, gros cri d'amour envers les petites librairies en voie de disparition. Deux mondes s'y affrontent, celui des vieux bouquins usés encombrant les rayons poussiéreux d'une librairie antédiluvienne (le Dragonfly) située à Mountain View, spot à start-up de la Silicon Valley (antre de Google, entre autres).

Maggie est le chaînon manquant entre ces deux univers ; venant de se faire virer de la boîte qu'elle a elle-même créée avec son meilleur ami, elle traîne son ennui en lisant à la chaîne des bouquins à l'eau de rose dans les fauteuils de la librairie tenue par son ami Hugo, sous l'oeil méfiant de Jason, qui y est employé, et de Grendel, le chat lunatique et quelque peu agressif. Jusqu'à ce qu'une étrange correspondance dénichée dans les pages d'un vieil exemplaire de "L'amant de Lady Chatterley" ne la pousse à se bouger les fesses en se mettant en tête d'en retrouver les auteurs, et à faire bénéficier la librairie menacée de fermeture de ses talents. Création d'un site, recensement des titres, vente sur internet... En s'ouvrant au monde moderne, la librairie ne va-t-elle pas y perdre son âme ?

Finalement, Maggie, pourtant au centre de l'histoire, n'aime pas tant les bouquins que ça, pour elle ce sont juste des produits, et la librairie un commerce. Mais elle est très attachée à son ami Hugo pour qui la librairie est sa raison de vivre, et pétrie de ses romans romantiques, elle aime l'idée que des amoureux potentiels s'envoyent des messages dans les pages d'un livre. Ce pourrait même être un film avec Tom Hanks et Meg Ryan, mais le sillon n'est pas suffisamment creusé et l'identité des deux correspondants m'a même un peu déçue - tout comme la fin, sans parler de la faible présence du greffier de la fameuse couv.

Mais j'ai tout de même passé un moment vraiment très agréable et plutôt léger à la lecture de ce roman qui pour une fois met à l'honneur les libraires (sans rien cacher des difficultés du métier).

J'avais toujours considéré les moments difficiles de ma vie comme ce qu'il se passe dans un livre. On règle le problème et on avance. Sauf que ce n'était pas du tout comme ça, les limites n'étaient pas aussi nettes, ils se mélangeaient aux bons en donnant le bras aux pires. C'est ainsi que nos pertes deviennent des briques de silence autour de nous.


{Le Coeur entre les Pages, Shelly King, Préludes}