IMG_20160125_135309 

Londres, 1920. L'Angleterre est en deuil, tant d'hommes ne sont pas revenus de la guerre, et la réintégration des vétérans diminués physiquement ou psychologiquement s'avère très difficile. Dans ce contexte et pour offrir un symbole expiatoire au chagrin de la nation, on prépare une cérémonie en prévision de l'arrivée du Soldat inconnu rapatrié de France. Durant cinq jours, nous suivrons au fil des pages trois femmes, qui pourraient être représentatives de cette population meurtrie, absourdie, choquée qui chacune à leur manière continuent de vivre : Evelyn a perdu son fiancé et travaille au bureau des pensions de l'armée, cotoyant à longueur de journée la peine, la tristesse, la folie. Ada a perdu son fils et s'accroche à son fantôme. Hettie, pour quelques pence, gagne sa vie en accompagnant d'anciens soldats sur la piste de danse du Hammersmith Palais.

Derrière une écriture fluide, romanesque et une histoire très structurée, Anna Hope (dont c'est le premier roman !) restitue à merveille les atmosphères : que ce soit une salle de bal mythique, un dortoir d'hôpital, un bureau triste ou une foule endeuillée, on s'y croirait ! Le signe (selon moi) d'une documentation très solide et maîtrisée. Ainsi l'auteure raconte-t-elle la procédure du rapatriement du corps du soldat (guerrier, pour les anglais) inconnu dans les moindres détails, du choix du corps jusqu'à l'apothéose de son arrivée à Londres, donnant lieu à des funérailles nationales sans précédent, et qui verront peut-être se croiser nos héroïnes dans un moment de partage et de communion, une pause dans l'affrontement des fantômes.

"Le chagrin des Vivants" est un hommage formidable à ces femmes fortes qui avancent, en dépit de leurs pertes et de leur chagrin, celles qui sont restées  (et ne pouvant qu'imaginer ce qui s'est passé sur le front, d'autant que les hommes ne veulent pas en parler) étant pourtant les premières à en subir les conséquences, faisant de leur mieux pour avancer, se trouver une situation, offrir l'apaisement, effacer la culpabilité, espérer un avenir meilleur, un avenir tout court.

C'est la guerre qui gagne. Et elle continue à gagner, encore et toujours.

 

{Le Chagrin des Vivants, Anna HOPE, Gallimard}

 

DSC_6049

Rencontre avec Anna Hope le 25 janvier dernier. Il faut que je songe à améliorer mon anglais.