IMG_20150127_122344

Simon Limbres (Limbes ?) a eu un grave accident ce matin. Au retour d'une session matinale de surf, au détour d'une route, c'est le point de départ de vingt-quatre heures chrono où la mort et la vie vont se confondre.

C'est l'histoire d'un coeur qui voyage, d'un coeur si précieux à tous les protagonistes impliqués, à commencer par la famille du jeune homme, potentiel donneur d'organes, ses proches, ses parents à qui il faut apprendre l'épouvantable nouvelle et dans le même temps demander de prendre LA décision, puis l'équipe médicale, des urgences aux chirurgiens cardiaques, en finissant par l'éventuel bénéficiaire de la greffe. La douleur de la famille, sa crainte de voir le corps de Simon abimé, la ferme délicatesse des personnes chargées de convaincre, le dévouement et la constante disponibilité du personnel médical... autant de personnes impliquées à divers degrés mais formant tous les maillons d'une chaîne vitale. Et un maître mot pour couvrir tout le processus : le respect. De la volonté, de la douleur, des familles, du défunt, de la parole donnée.

Le sujet n'est pas facile, il faut plonger dans ces pages en retenant sa respiration. C'est écrit en longues phrases essoufflées qui racontent l'urgence et la vie, rythmées comme une course contre la mort, entrent dans le détail vasculaire et nous interrogent, bien sûr, sur nos propres convictions. Une vague d'émotions, de pensées, de questions, dont on sort complètement sonné.

{Réparer les Vivants, Maylis de Kerangal, Editions Verticales}

 

Ce qu'est le coeur de Simon Limbres, ce coeur humain, depuis que sa cadence s'est accélérée à l'instant de la naissance quand d'autres coeurs au-dehors accéléraient de même, sachant l'évènement, ce qu'est ce coeur, ce qui l'a fait bondir, vomir, grossir, valser léger comme une plume ou peser comme une pierre, ce qui l'a étourdi, ce qui l'a fait fondre - l'amour.