... je te conseillerai :

DSC_3559

Trente-Six Chandelles de Marie-Sabine Roger (La Brune au Rouergue)
Mortimer se prépare à mourir le jour de ses 36 ans, comme ça a été le cas de tous ses aïeux mâles. Mais si la malédiction ne jouait pas cette fois-ci ? Comment redémarrer sa vie lorsqu'on n'a osé accomplir aucun de ses rêves ou de ses projets ? Et s'il n'était pas trop tard ? C'est plein de fantaisie et de tendresse, c'est drôle et c'est absurde, c'est une lecture délicieuse.

Tourner la page ne sert pas à grand chose, quand c'est le livre entier que l'on voudrait changer.

 ✩

DSC_3561

Pétronille de Amélie Nothomb (Albin Michel)
... car, enfin ! j'ai retrouvé plaisir à lire un Nothomb. Récit d'une amitié (réelle) avec une lectrice qui partage avec elle le goût immodéré pour les petites bulles, un brin d'excentricité et une place à part dans le monde des livres, en plus de quelques anecdotes savoureuses sur le milieu littéraire. Pétillant !

L'ivresse ne s'improvise pas. Elle relève de l'art, qui exige don et souci.

 ✩

IMG_20141006_192231

On ne voyait que le Bonheur de Grégoire Delacourt (JC Lattès)
Partie sur un a priori mitigé (basé sur les précédents livres de l'auteur), j'ai refermé ce nouveau titre bouleversée. Autant la première partie, où le narrateur raconte à son fils sa vie d'assureur au bout du rouleau qui va entraîner sa famille dans sa douloureuse chute, ne m'a pas forcément embarquée, la seconde, dont on ne peut rien dire sans trop en révèler, si ce n'est que la parole revient à sa fille, secoue violemment. Déstabilisant et fort.

Il veut grandir vite et je lui conseille de prendre son temps, je lui rappelle que l'enfance est une chance. Un pays sans guerre.

 ✩

DSC_3558

L'Océan au bout du chemin de Neil Gaiman (Au Diable Vauvert)
De retour dans la maison familiale, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu'il croyait oubliées. Déroutant livre, ni tout à fait pour enfants, ni tout à fait pour adultes, ou pour les adultes qui seraient encore capables de voir un océan dans une mare ou de croire aux contes. Se laisser porter par ce doux voyage fantastique dans l'imaginaire des enfants - et ce qu'il en reste lorsqu'ils grandissent.

Les enfants, ainsi que je l'ai dit, ont recours à des voies secondaires et aux sentiers cachés, tandis que les adultes suivent des routes et les itinéraires officiels.