IMG_20140528_200046

Ruth découvre sur une plage de sa petite île canadienne un sac en plastique échoué, contenant de vieilles lettres et le journal intime d'une lycéenne japonaise. Au fur et à mesure de sa lecture, elle découvre le quotidien tourmenté de Nao, ado martyrisée par ses pairs, délaissée par une mère overbookée et un père suicidaire, fascinée par son arrière grand-mère de 104 ans, nonne boudhiste dont elle voudrait arriver à raconter la vie avant de mettre fin à ses jours...

C'est l'histoire d'une rencontre, au-delà du temps et des frontières, de la terre et du ciel, de deux personnalités et deux cultures tout à fait opposées. Nao, son quotidien et sa façon de composer avec les évènements graves et les personnes légèrement borderline qui l'entourent, rappelle ce flegme tout japonais que l'on retrouve chez les personnages de Murakami - la poésie, aussi. En écrivant, elle s'adresse à un hypothétique lecteur comme si elle parlait à un ami imaginaire. On découvre son histoire en même temps que Ruth, qui fait durer la lecture par crainte de la fin, et l'on se pose les mêmes questions qu'elle : comment le journal est-il arrivé ici ? de quand date-t-il ? comment faire pour le rendre à son auteur ? comment la retrouver ? D'ailleurs, est-elle seulement réelle ?

Alors que Ruth est elle-même en proie au doute, quant à son avenir d'écrivain en panne d'inspiration exilée au Canada, ses préoccupations d'occidentale alternent avec la sagesse nipponne de Jiko, cette centenaire aux délicieux rituels zen décrits avec minutie par son arrière petite-fille (grand plaisir de lecture), à qui elle a appris à se servir de ses supapawa (superpouvoirs). Autant dire que le livre est très dense et érudit (il y est même question de physique quantique, joliment définie comme pratiquer l'origami avec le temps), mais l'écriture en est pourtant très fluide. La singularité du récit qui mêle rêve et réalité, en est tout à la fois la beauté et la frustration. Comme la Grande Vague d'Hokusai en couverture, il faut accepter de se laisser emporter.

C'est comme les gens qui attendent quelque chose des autres. Ca vous bousille n'importe quelle relation, alors ne prenons pas ce chemin vous et moi, d'accord ?

 

{En même temps, toute la terre et tout le ciel, Ruth OZEKI , Belfond}