9 Je ne savais pas bien comment pouvait fonctionner une fratrie avant d'avoir mes deux garçons, à trois ans d'intervalle. Ils se sont vite entendus, le grand farceur se découvrant très tôt avec ravissement un public conquis d'avance, c'est simple dès que bébé a commencé à rigoler il n'a plus économisé ses efforts pour faire le spectacle et le faire rire aux éclats. Minimoy a grandi en se calquant sur son frère, il a très vite appris à parler, s'habiller, manger seul... comme s'il voulait rattraper l'aîné. Puis il a commencé à le suivre dans tous ses jeux, et surtout toutes ses bêtises. A l'imiter, à répéter les mêmes mots que lui. A côté de ça il n'a pas oublié de développer son petit caractère à lui, beaucoup plus câlin, mais aussi très déterminé, coquin et têtu.

Et pourtant on s'est aperçu qu'il avait tendance à s'effacer derrière son frère, que lorsqu'il partageait un moment seul avec nous il se mettait à papoter sans reprendre son souffle comme s'il avait accumulé des tas de choses à nous dire, alors qu'en présence de son frère, soit il l'écoute religieusement soit ils discutent (ou se disputent) ensemble.
Avant Noël, comme je l'incitais à faire sa propre liste de cadeaux, tout ce qu'il souhaitait c'était les mêmes jouets que le grand. C'est vrai qu'à la maison les jouets de bébé ont été délaissés, j'ai même l'impression qu'on a sauté une étape. Plus largement j'ai l'impression de ne pas l'avoir vu grandir mon second poussin, c'est logique qu'on ait eu un peu moins d'attention que pour son frère qui nous a eu pour lui tous seuls pendant trois ans, et avec deux enfants le temps passe deux fois plus vite. Je me demande dans quelle mesure "être le petit frère de" influe sur le caractère, il n'est pas timide ou introverti, bien au contraire, mais probablement a-t-il moins de place pour s'épanouir, et je dois souvent tâtonner pour trouver ce qui lui plait et lui correspond le plus, l'aider à découvrir et développer ses goûts propres. Et puis j'attends le moment où il s'arrêtera de répondre ou de réagir comme le ferait son frère, parce qu'il est probablement convaincu que c'est comme ça qu'il faut faire, j'attends ce moment où il trouvera sa place.