IMG_20150605_082101

1987. June, 14 ans, est très proche de son oncle Finn, peintre new yorkais reconnu (le titre énigmatique du livre est aussi celui d'un tableau qu'il a peint). Lorsqu'il décède du sida, son compagnon cherche à se rapprocher d'elle. Ensemble, ils vont essayer de faire leur deuil.

C'est une époque où le mot sida ne se prononce que du bout des lèvres, suscitant honte, dégoût, peur, ignorance. Les parents de June ont choisi d'ignorer celui qu'ils considèrent comme l'assassin de Finn, celui qui l'aurait contaminé, au point d'en cacher l'existence à ses nièces. Mais June est une collégienne solitaire qui vit à l'ombre de Greta, sa soeur aînée si douée, une ado en recherche d'affection dont personne n'a jamais compris les sentiments qu'elle éprouvait pour cet oncle trop tôt disparu. Aussi se rapproche-t-elle de Toby, et au fur et à mesure qu'elle apprend à le connaître, elle découvre un nouveau Finn, les souvenirs qu'elle garde de lui s'en trouvent changés et même faussés, provoquant incompréhension et colère envers des adultes habitués à mentir.

Tous les personnages de ce roman d'apprentissage sont en quête d'amour et de réconfort, ne commettant des erreurs que par jalousie, par tristesse, "toute la méchanceté qui pouvait découler d'un trop grand amour". Le vrai sujet finalement est celui du du passage à l'âge adulte qu'on cherche à repousser, du désir effréné de retrouver une complicité enfantine qui ne reviendra plus jamais, de trouver sa place dans la vie et pas forcément celle que l'on attend de vous. Ainsi Greta l'aînée, Greta la peste dont on exige l'excellence depuis toujours, se met à dépérir lorsqu'elle voit sa petite soeur s'éloigner d'elle - grandir, en somme. June et elle sont de très beaux personnages d'adolescentes à la fois mûres et fragiles, dépassées par leurs émotions, par leurs "loups", leurs angoisses face à l'avenir qui se présente, des personnages dont on se souvient longtemps après lecture. 

Ce sont les gens les plus malheureux qui veulent vivre éternellement parce qu'ils considèrent qu'ils n'ont pas fait tout ce qu'ils voulaient. Ils pensent qu'ils n'ont pas eu assez de temps. Ils ont l'impression d'avoir été arnaqués.

 

{Dites aux Loups que je suis chez moi, Carol Rifka Brunt, Buchet/Chastel}

 

★ Merci à Babelio et aux Editions Buchet/Chastel