nombril

"Je suis un monstre : je suis né sans nombril."

Adam est prof et a une grosse tendance à s'autodéprécier, avec le concours de parents adoptifs qui l'ont toujours considéré comme un monstre du fait de sa particularité physique, d'un énorme manque de confiance en lui et des fiascos sentimentaux en pagaille. Lorsque sa mère Sissi (parce qu'avec des "si"...) meurt, il décide de partir à la recherche de ses origines... et aussi un peu de son amour de jeunesse perdu, la jolie Madeleine, avec l'aide de son ami de toujours, Tom.

Sur ce point de départ qui ne manque pas d'originalité, Elisabeth Cadoche nous offre un conte sur la différence et la difficulté de s'accepter (libre à toi, je pense, d'y mettre la symbolique que tu souhaites). Adam est différent mais à 30 ans décide de cesser de s'apitoyer sur son sort. L'univers d'Elisabeth est délicieusement fantasque, ainsi de ces visions prophétiques à base de sardines qui viennent parfois visiter son personnage principal de "Nonombrilman". L'écriture est musicale et ponctuée d'expressions drôlissimes (je retiendrais à mon profit la "politique de la toile cirée" : laisser glisser, ne pas être tâché).

Bref, un récit bref, tendre et enlevé dont il faut retenir une jolie leçon : nous sommes tous uniques, et nous devrions en être heureux.

Nous passons notre vie à juger les gens sans les connaître vraiment, profondément. Et nous blessons impunément ceux que nous aimons, simplement par manque d'attention.

 

{Le Nombril, Elisabeth Cadoche, 31 Editions, disponible uniquement au format ebook }

Merci à Ginie qui m'a permis cette jolie découverte, et si je t'ai donné envie (je l'espère), la bonne nouvelle c'est que je peux te faire gagner un exemplaire, attention, format numérique uniquement !! Un petit mot ci-dessous et allez, mercredi prochain je fais un petit tirage au sort. Partant(e) ?

Edit : celle qui aura la chance de découvrir cette jolie histoire est MHF !