1452037_633724156670087_266033181_n

Irlande, 1952. La jeune Philomena, enceinte, est rejetée par sa famille et enfermée au couvent de Roscrea. Son fils lui est arraché pour être adopté par des Americains. Cinquante ans plus tard, elle part à sa recherche, aidée d'un journaliste désabusé, Martin Sixsmith, qui pense avoir trouvé là l'occasion d'un bon article qui relancerait sa carrière.

Ceux qui l'ont vu songeront immédiatement au film de Peter Mullan, "The Madgdalene Sisters", inspiré également de faits réels : de jeunes filles enfermées au couvent par leurs familles en réparation de leurs péchés, malmenées par les bonnes soeurs, séparées de leurs bébés - avec en filigrane le scandale de ces enfants adoptés - pour ne pas dire achetés - par de riches étrangers. Mais c'est aussi, et même surtout, l'histoire de la rencontre improbable de deux univers, ceux de deux personnes diamétralement opposées qui vont être amenées à coopérer, interprétées par deux acteurs brillantissimes, Judi Dench (royale, malgré un rôle de femme simple, confiante et dévote) et Steve Coogan (plus coutumier des rôles comiques, il campe un intellectuel aigri et revanchard). Ensemble ils vont remonter la trace du fils perdu, ensemble ils vont boucler la boucle, et au-delà de l'histoire familiale de Philomena, apprendre à se connaître, à tolérer leurs différences,  et à finalement se comprendre.

C'est vraiment un très joli film, qui est certes de facture très classique, mais sait éviter le manichéen et la lourdeur malgré un sujet difficile, et qui surtout arrive à la fois à faire rire et pleurer grâce à son formidable duo d'interprètes. Je le recommande, réellement. (A noter, si l'histoire t'intéresse - c'est mon cas ! -  que le livre de Martin Sixsmith vient de paraître aux Presses de la Cité)

large_662325

{Philomena, un film de Stephen FREARS avec Judi Dench et Steve Coogan, sortie en salles mercredi 8 janvier}

Merci à Sophie pour l'invitation !

21050889_20131129110921858

Dans la série grand-écart des sorties cinéma du mercredi, si tu n'as rien contre les films hystérico-gore, tu peux toujours tenter "Les Sorcières de Zugarramurdi" d'Alex de La Iglesia, qui certes a un univers tout particulier (on se croirait presque chez Tim Burton au vu de l'affiche), mais ici livre un plaidoyer d'une misogynie et d'une rancoeur sans précédent (en gros, mes soeurs, nous sommes toutes des sorcières !)... à toi de voir ! 

{Les Sorcières de Zugarramurdi, un film de Alex de la Iglesia avec Carmen Maura, sortie mercredi 8 janvier}