IMG_20150608_170520

Rachel est une jeune femme complètement déboussolée depuis son récent divorce avec Tom. Chaque matin, elle prend le train qui l'emmène de la banlieue, où elle habite en colocation, à Londres où elle travaille, et chaque matin de son fauteuil de passagère elle s'imagine la vie des habitants de ces maisons qu'elle longe, elle leur invente une vie, un métier, un nom, comme pour ce couple à l'allure idyllique qu'elle observe depuis longtemps, qu'elle a même baptisé Jason et Jess. Le jour où elle croit assister à une scène qu'elle n'aurait pas dû voir et décide d'intervenir, sa vie bascule.

Rachel est au bout du rouleau, seule, dépressive, alcoolique. Lorsqu'elle commence à se mêler d'une histoire qui n'est pas la sienne, elle se retrouve impliquée, pointée du doigt, et plus elle essaye d'arranger les choses (avec une maladresse et une insistance édifiantes, sans doute mue par l'espoir de devenir davantage que "la fille du train") et plus elle s'enfonce - et le lecteur avec, pour qui les questions se multiplient : qu'a vraiment vu Rachel ? Quelle est la vraie histoire de ce couple qu'elle épie ? Comment s'est-elle retrouvée liée à eux ? Que savent les voisins ?
L'histoire est si brillamment racontée qu'on imagine parfaitement ces petits jardins parallèles et tous identiques de cette banlieue londonienne, ces petites maisons où les habitants rêvent de vies moins étriquées, ou ne se remettent pas de rêves envolés ou de vies brisées. Megan et Scott, Anna et Tom... autant de vies possibles, autant de secrets, autant de trahisons... et un possible meurtre ? Malgré de réelles invraisemblances - les trous de mémoire éthyliques de Rachel semblent un procédé trop commodes - , l'auteur arrive à rassembler tous les noeuds de l'intrigue dans un final surprenant où le/les coupable(s), la(les) victime(s) ne sont pas si évidentes. Un excellent thriller psychologique !

C'est ce que m'ont appris mes séances de psy : les manques dans ma vie seront éternels. Il faut grandir autour d'eux, comme les racines d'un arbre autour d'un bloc de béton ; on se façonne malgré les creux.

 

{La Fille du Train, Paula Hawkins, Sonatine}

 

✩ Merci à Babelio et aux Editions Sonatine